Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2004

Mongolia

 

MONGOLIA

 

Bernardo Carvalho

 

(Editions Métailié 2004)

 

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

 

 

 

 

   Mongolia.jpg Un vice consul, surnommé l’Occidental par les autochtones, est chargé malgré son aversion pour la Mongolie, de rechercher un jeune photographe disparu dans l’Altaï. Afin de retrouver le jeune homme, il suit l’itinéraire indiqué par ce dernier dans son carnet de voyage abandonné en cours de route. Durant ses recherches, le  diplomate rédige aussi un rapport, lu ultérieurement et en même temps que le carnet du disparu, par un supérieur hiérarchique.

 

    C’est ainsi que  Carvalho donne naissance  à un véritable roman gigogne. MONGOLIA propose en effet deux récits de voyage et  trois narrateurs. Trois calligraphies, trois écritures constituent cet ouvrage,  permettant ainsi au lecteur de découvrir la Mongolie, région reculée du monde, hermétique, étrange et étrangère pour les trois voyageurs. Les différences culturelles et linguistiques suscitent des malentendus et l’incompréhension : « La différence culturelle engendre une tension permanente », «  L’occidental (…) continuait à penser qu’on le bernait et (…) ne comprenait rien à ce qui se passait autour de lui ».. De ce fait, bien souvent seuls les aspects négatifs des êtres et du pays s’imposent : « ganbold m’accompagne (…) et ne part pas tant qu’il n’a pas la certitude que je suis en sécurité dans l’appartement avec la porte bien fermée à clé. Il dit qu’en aucun cas je ne dois l’ouvrir. A cause des ivrognes. Et, évidemment, ce conseil n’améliore pas mon impression de la ville ». Les connotations péjoratives abondent dans les descriptions : : «La ville est affreusement  triste et poussiéreuse. Le ciel est couvert et tout est gris et sale. C’est le bout du monde. Un gros bidonville  au milieu de la plaine où  flotte une odeur de graisse de mouton bouillie. L’endroit est sinistre. », « Dans  la chambre catégorie luxe de l’hôtel Buyan, il n’y a pas d’eau courante. La ville est infestée de moustiques. Je pense que l’égout est à ciel ouvert… »

 

    On est loin, avec MONGOLIA de Carvalho, de l’univers mongole lumineux  et poétique présenté par Galsan Tschinag. En effet, MONGOLIA donne à voir essentiellement la face obscure de cette culture en voie d’extinction

 

 

 

18:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05 octobre 2004

Mademoiselle Bovary

Mademoiselle Bovary
Raymond Jean
(Actes sud, 1991)

(par Annie Forest-Abou Mansour)

bov.jpgSi vous ignorez l'existence de mademoiselle Bovary, la fille d'Emma, lisez le livre éponyme de Raymond Jean, écrivain, critique littéraire et ancien professeur à l'université d'Aix en Provence.

Avec Mademoiselle Bovary, Raymond Jean s'introduit dans l'œuvre de Gustave Flaubert, non pas comme critique littéraire, mais comme écrivain proposant une suite à un ouvrage qu'il apprécie. Avec tendresse et malice, il fait vivre sous les yeux agréablement étonnés du lecteur certains personnages flaubertiens et leur créateur lui-même. Le hiatus entre la fiction et le réel s'abolit. La littérature et le tangible se superposent, s'imbriquent l'une et l'autre. L'amateur du XIXeme siècle et de l'œuvre flaubertienne évolue alors avec plaisir dans une contrée connue. Berthe, la fille d'Emma Bovary, devenue une jeune fille de vingt ans, Félicité, la servante d'Un cœur simple, son perroquet Loulou, Napoléon Homais, le fils du pharmacien, Flaubert lui-même, renaissent tout à coup sous la plume allègre de Raymond Jean. Nous reconnaissons Flaubert, que nous avons tous aperçu dans le portrait peint par Eugène Giraud : « un homme, grand, massif (…) abondamment moustachu, le crâne dégarni, avec des yeux de vieux chien (…) » (p.12). Nous retrouvons cet acharné au travail qui hait la bêtise, les bourgeois et n'apprécie guère les révolutionnaires. Nous reconnaissons l'esthète amoureux de l'Orient lorsqu'il demande à Berthe dont il regrette la blondeur de revêtir « une grande parure orientale, pleine de broderies et d'arabesques dorées. » (p.27) qui la font ressembler à Kuchuk-Hanem, une belle Egyptienne rencontrée autrefois. Mademoiselle Bovary rappelle aussi par touches brèves mais précises, la vie et l'idéologie du XIXeme siècle : les difficiles conditions de travail des femmes dans les filatures de coton en Normandie, « les périls qui guettent les classes laborieuses et minent leur moralité» (p.63) (selon l'inspecteur du Secours Mutuel). Les descriptions n'occupent pas une place importante dans ce roman. Mais de subtiles touches descriptives et des remarques concises du narrateur s'appuyant solidement sur l'histoire du XIXeme siècle, impliquent une connivence entre l'auteur et le lecteur. Ce dernier effectue une lecture active du texte et comprend à demi mot. Le discours de l'inspecteur du Secours Mutuel lui rappelle, par exemple, le discours sur la criminalité au XIXeme siècle analysé par Louis Chevalier dans Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXeme siècle.(Plon)

Raymond Jean assure dans la différence la continuité d'Emma Bovary. Comme de nombreux personnages flaubertiens, Berthe semble, pas forcément vouée à l'échec, mais à la médiocrité. Elle retourne travailler à la fin du roman dans l'atelier de filature rouennais. Sa rencontre avec Flaubert n'a été qu'une rapide trouée lumineuse dans sa triste vie. Elle ne lui a procuré que quelques courts instants de loisirs et de bonheur. Ses contacts avec l'écrivain ne l'ont pas introduite définitivement dans un univers autre. Le pauvre Flaubert, vieilli, fatigué, ruiné, ne peut intervenir en sa faveur. Mais Berthe contrairement à sa mère ne souffre pas de sa vie médiocre. Elle l'accepte sans aspirer à une condition autre que la sienne. Il n'y a pas en elle comme en sa mère d'inadéquation entre ce qu'elle est et ce qu'elle voudrait être. Elle ne rêve pas d'un ailleurs luxueux et passionné, ne cherche pas à échapper à la médiocrité de sa situation.

Dans ce petit ouvrage scintillant et vif de soixante et onze pages, nous retrouvons aussi et surtout Raymond Jean, son immense culture, son humour et son ironie subtiles, son amour pour l'intertextualité et le pouvoir intense qu'ont dans son oeuvre les mots. Ces mots pleins de force, qui ne se contentent pas de révéler le réel, mais qui agissent sur lui, transforment les êtres et leur vie. En effet, dans La Cafetière, par exemple, la vie d'Amélie puis celle de son village sont bouleversées par la réception d'une lettre d'amour. Les histoires de Maupassant que Marie Constance lit au petit handicapé rendent ce dernier malade dans La Lectrice tout comme la lecture de Madame Bovary cloue Berthe dans son lit « en proie à une forte fièvre » (p.10).Chez Raymond Jean, toute chose nommée perd son innocence, acquiert une intense acuité et agit violemment sur les êtres.

Raymond Jean atteint avec Mademoiselle Bovary l'objectif souhaité par Flaubert : « faire (…) un livre (…) qui se tiendrait de lui-même par la force interne de son style (…) un livre qui n'aurait presque pas de sujet, du moins où le sujet serait presque invisible (…) (car) les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière ». (Extrait d'une lettre écrite à Louise Collet le 16 janvier 1852).

14:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)