Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 décembre 2005

Sous le signe de la Beauté

Elégie à Michel-Ange
Sandrine Willems et Marie-Françoise Plissart

Les Impressions Nouvelles, 2005

(par Annie Forest-Abou Mansour)

neige.JPGBeauté de l’objet livre, au papier glacé et soyeux, serti d’une myriade de statues de Michel-Ange, capturées par l’objectif expert de la photographe Marie-Françoise Plissart et véritable ravissement pour le lecteur.

Beauté du sujet et de l’objet : « par son ciseau, la pierre elle-même se plierait au temps – et à l’éphémère, l’éternelle donnerait corps ». Le simple et brut minerai devenant objet d’art éternel sous la caresse du sculpteur.

Beauté jaillissante et intimement ressentie par l’artiste : « Ayant perçu combien est aveuglante la beauté, l’Ange à présent voulait la fuir – mais c’était elle qui le poursuivait ».

Mais aussi beauté du texte de la narratrice à l’écriture lumineuse, éclatante et esthétique même lorsqu’elle dit la douleur et le manque : « ...dans une efflorescence dorée, les courbes d’une Vierge se mêlaient aux caresses qu’il n’avait pas reçues ». La « sorcellerie évocatoire » des mots de Sandrine Willems emporte le lecteur pour le plonger au coeur de ce XVIe siècle violent, intolérant («Rome de toutes parts s’illuminait de bûchers, où expiraient des réformistes») mais esthète.

 Cette écriture pleine de magie capte des fragments de vie de Michel-Ange et les restitue avec une intensité raffinée. Elle ne se contente pas de traduire le réel ; elle le recrée et le transfigure. Michel-Ange est alors extraordinairement présent, vivant. La prédilection de Sandrine Willems pour les termes qui disent la luminosité, la transparence, la fragilité, métamorphose les désirs de l’artiste : « En un marbre Michel, toujours puiserait la transparence, et son rêve eût été de sculpter le cristal ». Ses amours brûlantes et excessives font de lui, dans le texte et dans le réel, un magicien qui d’un simple bloc de marbre fait jaillir un David. Le réel et le mythe s’imbriquent sous la plume de la narratrice pour donner voix et corps à un créateur de génie et révéler une femme de lettres d’un immense talent

16:11 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.