Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 octobre 2011

Tunsie, une révolution arabe

 

Tunisie, une révolution arabe.
Pierre Puchot
Edition Galaade (2011)

 

 

 

(Par Elias Abou-Mansour)

 

 

 

Puchot-TUNISIE-72dpi.jpgPierre Puchot, journaliste à Médiapart, a suivi de près les événements tunisiens. Dans Tunisie, une révolution arabe,  il relate l’histoire de la révolution pacifique tunisienne à travers une série d’articles, de reportages et d’enquêtes. En effet,   Tunisie, une révolution arabe est un recueil d’articles, classés chronologiquement,  sur la Tunisie en effervescence.  Pierre Puchot scrute en profondeur la mutation de cette société. Et, en fin connaisseur du monde arabe, il décrit la lutte du peuple tunisien pour la liberté, l’insoumission des partis, des syndicats et du citoyen à la terreur. Il décrit l’histoire de l’engagement des Tunisiens et leurs souffrances. Tunisie, une révolution arabe est une reconnaissance de la lutte du peuple tunisien. Ce livre rend hommage à ce peuple qui réclame la dignité, la justice, la liberté, la démocratie et les droits fondamentaux : « ce peuple digne réclame justice, liberté et démocratie. Et, il ne veut pas que sa révolution soit confisquée ». L’auteur analyse, avec précision, comment l’édifice du pouvoir s’est lézardé : la détermination du peuple a fait chanceler le régime. L’armée, négligée par le pouvoir,  a protégé le peuple qui a détrôné le monarque absolu, Ben Ali. Mais le vide institutionnel menaçait la société tunisienne. En effet, toute alternative était absente. Comme le montre le journaliste, aucun parti n’émergeait : « Toutes les familles politiques, la gauche, les islamistes, les nationalistes arabes, les libéraux ou les salafistes ont été touchés par la répression ». La seule force d’opposition crédible sur la scène politique était l’UGTT (l’Union Générale Tunisienne de Travail). Beaucoup de Tunisiens regardaient ce  syndicat comme leur représentant légal. L’UGTT serait-elle un « nouveau solidarnosc » ?

 

La révolution tunisienne a secoué les consciences des peuples du Maghreb et du Machreq. Le souffle de la  liberté a galvanisé les Egyptiens qui ont repris les slogans tunisiens : « Moubarak dégage », « Liberté », « dignité ». Les peuples arabes essaient de se frayer un chemin vers la liberté. L’élément déclencheur de leur colère est l’humiliation. Cette humiliation est le moteur du cataclysme social. Les Arabes se sont révoltés pour la dignité, la liberté, la démocratie. Ils rêvent d’un projet politique qui invente la modernité, la démocratie et la prospérité. Tunisie, une révolution arabe est un livre instructif, richement documenté. Pierre Puchot, journaliste chevronné, fin connaisseur du Proche-Orient, a mené des enquêtes approfondies, trouvant toujours le mot juste et percutant.

 


Mais le lecteur peut rester perplexe et se poser de multiples questions. Faut-il ostraciser le parti islamique, Ennahda (la Renaissance) ? Peut- on comparer Ennahda à la démocratie chrétienne ? Avec Ennahda, le statut de la femme subira-t-il une régression ? Le printemps arabe évoluera-t-il en automne ?  Le lecteur ne peut que faire confiance à la maturité du peuple tunisien.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.