Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 novembre 2011

Et maintenant on va où ?

 

Et maintenant on va où ?
Film réalisé par Nadine Labaki. (2011)
Avec Nadine labaki, Claude msawbaa, Leyla Fouad.


 

(Par Elias Abou-Mansour)

 

 

 

iimage film.jpgLe scénario du film de Nadine Labaki,  Et maintenant on va où ?  a été conçu comme une fable, un conte universel doté d’une morale. Nadine Labaki, la réalisatrice, scrute la société libanaise, ses maux, ses ridicules et ses tares en esthète, mêlant poésie et naïveté. Cette  comédie-dramatique transfigure le réel en conjuguant folklore provincial, humour, émotion et chants. L’intrigue prend racine dans un village où l’église jouxte la mosquée. (Au Liban, la maison de Dieu est construite avant celle des hommes). Cette coexistence islamo-chrétienne a toujours été la fierté des Libanais. Elle est même l’essence et l’identité du pays bien que des tensions aient parfois taché cette harmonie interconfessionnelle.

 

Le village où se déroule l’histoire est, d’après la sémiologie, situé dans le Sud du Liban. Il est cerné par les mines, les bombes à sous-munitions et les barbelés. Ces bombes sèment le handicap et la mort dans les champs avoisinants comme en témoignent l’enfant estropié et la mort de la chévre, Brigitte. En outre, ce village est délaissé par l’Etat. L’absence d’infrastructures comme l’adduction d’eau, les routes asphaltées, l’électricité, l’école… le prouve.

 

L’intrigue est simple. Elle oppose avec humour et émotion la paix des femmes contre la violence débridée des hommes.  Ainsi, les femmes sont lasses de pleurer leurs morts. Brisées par le chagrin, ce sont elles qui subissent le plus les conséquences de la guerre en tant que mères, sœurs et épouses. Elles, qui portent le deuil, déchirent leurs vêtements et se lamentent à l’instar des pleureuses siciliennes. C’est pourquoi, chrétiennes et musulmanes essaient d’endiguer la violence des hommes et d’étouffer la haine.  Elles sont sublimes par rapport au donquichottisme masculin. Nadine Labaki débute son film par une magnifique chorégraphie : un groupe de femmes endeuillées, toute de noir vêtu,  visages pâles cadencent   leurs  pas et frappent leur poitrine, gestes symbolisant la douleur, la plainte, la lamentation. La réalisatrice présente des femmes lucides, déterminées et réfléchies malgré leur détresse. L’exemple de Taqla, la chrétienne, émeut le spectateur, lorsqu’elle proteste contre la Vierge, lui crie sa douleur et sa révolte. Déterminée à sauvegarder la fraternité entre chrétiens et musulmans, elle  n’hésite pas à tirer sur son fils afin de l’empêcher de  porter les armes.

 

Le film Et maintenant on va où ? est un hymne aux femmes, un hommage  à leur courage et à leur intelligence. En effet, il montre des femmes ingénieuses, gardiennes de valeurs comme la paix, la fraternité, la tolérance. Ces femmes symbolisent l’énergie, le discernement et la lucidité face aux hommes, incarnation de l’instinct, de la vengeance et de la violence. La vision de la femme libanaise sur la société est plus constructive que celle des seigneurs de la guerre.

 

 Nadine Lakaki tourne en dérision l’intolérance religieuse. Cette présentation théâtrale est-elle une catharsis ? La réalisatrice essaie de résoudre ainsi la gangrène du fanatisme religieux. Mais elle ne propose pas vraiment de solutions précises. Incite-t-elle à une société laïque ? Ou bien évoque-t-elle un déisme à la Voltaire ? Elle laisse le spectateur indécis.

 

10:32 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.