Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2015

Bleu

Bleu
Nouvelles
Corinne Colmant    
Editions unicité (1er trimestre 2015)

 

(Préface  rédigée par Annie Forest-Abou Mansour)


  image bleu.jpg  Après son très beau roman, Ni du voyage, ni du paysage *, qui embarquait le lecteur dans l’aventure magique d’une écriture, Corinne Colmant nous propose un recueil de vingt-deux nouvelles au titre polysémique : Bleu, la couleur éclatante de la peinture d’Eduardo, de la mer turquoise et des volets bleus des maisons méditerranéennes, mais aussi celle des hématomes psychiques et physiques qu’assène la vie, et que l'on retrouve dans ces nouvelles, à la fois légères et sérieuses, fondées sur des anecdotes aux personnages souvent fragiles.

Folie et absurde se côtoient dans ces histoires au sens profond... Ainsi, la jalousie d'Anita dans Casa Amerilla, et la culpabilité intériorisée, dans Journal d’une jeune fille, d'une adolescente, victime de harcèlement sexuel, qui l’empêche d'en parler. Dans Blues du fonctionnaire, les difficultés professionnelles qu'Adèle, professeur de lettres, rencontre dans son lycée, vont la faire plonger dans la folie, folie qui poussera aussi au suicide le narrateur de Poisson.

Corinne Colmant montre les petits riens de l'existence, importants pour ceux qui les vivent : «Les poireaux sont un peu coriaces, et j’ai plus mes dents» et fixe des instantanés de vies modestes, des souffrances intimes, quand les hommes ne sont pas toujours bienveillants pour celles qu’ils ont aimées, ou quand, par exemple, dans La Mérule pleureuse, ilsconçoivent la femme comme un être visqueux et collant... L'auteure évoque l'ambivalence du rapport à l'Autre, dans les couples, et parfois, comme dans Mariage, une sexualité féminine morne et subie, dont elle parle ici avec humour : «Je n’ai connu l’amour que prise en sandwich entre un oreiller rebondi et la gymnastique appliquée de mon mari».

Corinne Colmant mêle vie réelle et vie fantasmée où guette toujours l’imprévisible, et elle provoque des effets de surprise avec des chutes cocasses ou pathétiques. En quelques pages, elle évoque les difficultés du quotidien, l’étrangeté de la vie, la beauté de lieux lointains, faisant surgir avec poésie des sensations visuelles : «Ce fut un éblouissement : le ciel était pommelé de nuages roses, et la lune suspendue comme un gros ballon mauve, au-dessus des toits rougeoyants».

 Elle nous montre aussi des espaces clos, à la beauté gâtée et mortifère, comme ce salon, «d’un kitsch écœurant, avec des dentelles qui se répandent comme de la Chantilly sur une tarte moisie !». En arrachant des histoires à la banalité, la romancière sait créer des émotions au cœur d'un monde onirique.

 

* http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2014/07/07/ni-du-voyage-ni-du-paysage-5406582.html

 

19:58 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.