Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2018

L'âme, échanson de l'Esprit

L’âme, échanson de l’Esprit      
Catherine Mauger-Trouiller  
Editions Catherine Mauger-Trouiller (2018)

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

  image l'âme.jpg Au fil de l’âme… L’âme, échanson de l’Esprit, un titre pluriel vibrant de beauté et de spiritualité croisant différents sens : l’âme, héraut  guidant et protégeant l’esprit pour donner pleinement vie au corps. L’âme tournée vers l’Esprit, la Sagesse suprême, la Lumière divine. Titre, jeu de mots plein de joie : l’âme et chanson de l’Esprit. Un titre annonçant l’aventure d’une vie où le visible et l’invisible se marient, où le corps se libère de sa « bogue de chair »,  de sa  matérialité, accède à l’immortalité : « L’âme étincelle divine / sur la crête du cœur, / frappe le rocher des entraves, / fait jaillir la source de l’immortalité ! ». Un titre qui annonce des poèmes nous catapultant hors du temps qui emprisonne, nous permettant d’effectuer des voyages intérieurs intenses. Un titre qui tient ses promesses.

    Des fils ténus se tissent pour relier les poèmes de Catherine Mauger-Trouiller, le temps d’une journée atemporelle : « Soleil levant », « Plein midi », « Soleil couchant »l’âme poursuit sa quête de la plénitude. Elle s’éveille le matin, (« L’âme  nomade, reliée à sa corde d’argent, revient de son voyage nocturne ») après avoir voyagé dans le pays des rêves. Dès la naissance du jour, elle se tourne vers le Très Haut : « Voici le point du jour. // Mon âme en joie / se tourne vers Toi ». Puis elle « pérégrine » suivant « le fil d’Ariane »  qui la conduit vers « la vraie Vie », une Vie bienveillante, lumineuse, joyeuse, sensible aux voix de la nature, au symbolisme des éléments. Elle va au-delà des apparences, accède au mystère des choses,  à une sorte d’essence, loin du matérialisme de notre société. L’âme procède par cercles, suit le circuit de la Terre : « Le chemin de l’âme pérégrine ondoie en larges cercles concentriques, dans les courants astraux du monde passant, jusqu’aux confins de la limite ». Elle circule dans un dynamisme fait de rondeurs, de douceurs afin d’accéder à l’Amour : « elle chemine sous l’impulsion divine, à la recherche d’un paradis, d’un grand Amour pressenti ». Le négatif, la mort existent, c’est  certain : « Une âme endormie, Blanche neige dans son cercueil de verre »,  mais l’âme les dépasse  dans l’attente d’une éventuelle « résurrection du corps », d’une transfiguration  dissolvant la mort dans la vie, dans l’esthétique totale : « La transfiguration ? // Un processus atomique / de dissolution et de recréation, / de mort et de résurrection. // De la chenille… au papillon…  // De l’humain… au divin… ». L’âme vibre  dans un monde sans turbulences, même « dans l’œil du cyclone », dans des bouffées d’émerveillement, dans la confiance et l’éblouissement de la Vie.

    La vie est une page qui s’écrit chaque jour. La poétesse soulève  la question de l’écriture, de la page blanche : « Que vais-je écrire aujourd’hui / sur cette page blanche ? ».  Elle joue avec la mise en page, avec la page vierge, concrétisation du  silence.  La pureté de la poésie  permet à la poétesse d’accéder à l’esthétique du spirituel, au sens de la Vie.

    L’écriture libre, la poésie affranchie des règles de la versification classique,  la concision, la concentration des poèmes,  les vers rayonnants et brûlants de chaleur et de lumière de la poétesse visionnaire, de la poétesse mystique qu’est Catherine Mauger-Trouiller, captent le moindre instant fugitif et précieux de l’existence. Les mots sont des outils qui permettent la médiatisation entre l’âme, l’Esprit et soi-même. Les métaux précieux, l’or, l’argent, les boissons aux vertus magiques (« l’élixir »), l’eau pure et cristalline, (« son eau diamantine »), la luminosité, projettent le lecteur hors du temps dans la beauté de la Création. Catherine Mauger-Trouiller concrétise cette beauté en semant quelques peintures d’univers surréels de Michelle Di Benedetto au fil des pages de son recueil. Les mots et les couleurs s’unissent alors  pour donner à voir la Beauté visible et invisible.

    Le recueil poétique de Catherine Mauger-Trouiller est un véritable hymne à la vie, à la confiance, à l’espérance : « Allégresse, Espérance et Bonheur / harponnent les cœurs ! ». Découvrir la Beauté étincelante  dissimulée au fond de soi, contempler l’univers, aller au-delà, se délester de l’inutile, sont des gages de liberté et d’épanouissement.

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Un très grand merci Annie pour cette si belle chronique ! Quel beau cadeau de 1er mai ! Votre perception et sensibilité d'âme font corps avec mon recueil. Elles traduisent merveilleusement l'élévation de l'âme et de l'esprit ainsi mise en lumière !
A partager... d'âme à âme...
Tous mes Voeux en retour.
Catherine Mauger-Trouiller

Écrit par : Catherine Mauger-Trouiller | 01 mai 2018

Les commentaires sont fermés.