Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juin 2011

Faire feu, un recueil de poèmes de Claire Genoux

 

Faire feu

Claire Genoux.

Bernard Campiche éditeur, mars 2011

 

(Par Christina Olmes)

 

 

genere-miniature.aspx.gifIL était une fois un recueil de poésies. Je le découvre, je l'approche, à la manière d'un chat curieux ou d'une Sherlock Holmes.

Au seuil du livre, le titre accueille le lecteur. Et une photo : fond noir et blanc parsemé de pétales d'anémone rouge. Un ventre de femme se dessine soudain quand le regard se pose sur le grain de peau qu'on distingue, en bas à droite du livre. Alors apparaissent le nombril, la hanche gauche et un début de cuisse. Couverture qui dévoile que d'autres sens existent en transparence du sens premier des mots. Enfin une citation d'Alexandre Voisard éclaire le titre « Un seul devoir t'attend dans le couloir piégé où tu vas en aveugle : faire feu ». Ces mots s'adressent au lecteur, à la poétesse aussi. Son ventre est ouvert, défloré. Le parfum exhalé de la fruition qui s'aube. L'infinitif FAIRE est un impératif, une loi de la nature, de sa nature de poétesse.

Ses poèmes sont de la sève d'un ruisseau glacé de montagne qui trace son cours nouveau, VIF, éclaboussant de lumière sur les écueils. La mer est son repos, sa destination sûre.

Cet enfant

Cet enfant qu'elle a voulu tuer en moi

lancé au chevet du monde

cet enfant maintenant

_ le mien

court vers la mer

se pose sur l'oeil immense de l'eau

tout de suite après il dort

il ne rêve à rien

son corps est couvert de vent

de paix

et de la cendre du sable

je le tiens contre moi comme une étoile qui danse

Parfois le langage de Claire Genoux m'est énigmatique. Femme singulière, à vif, qui écrit avec sa chair unie au coeur et à la nature, à la vie.

Au milieu

Je vois bien ce que je peux être

par rapport à eux

à leur monde

beaucoup trop affolée

au milieu de mon corps

parce que je me suis fait naître

en suçant à vide la flamme des fenêtres ouvertes

Fenêtres ouvertes d'une réalité qui reste énigme ? Déchiffrer le monde en écoutant, en écrivant son empreinte sensitive en ma singulière sensibilité ? Lire la poésie de Claire Genoux est une expérience qui m'a ramenée avec intensité face à une vérité oubliée, ou peu fréquentée, le mystère de l'origine de la vie, de son « essence »...

FRUIT

L'enfant n'est pas de moi

_ son étoffe de peau tiède

mais alors d'où vient-il

de quelle boue retournée

fruit de quelle faille

et s'il n'est pas de moi

de qui est-il

18:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.