Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2012

Alger sans Mozart

 

Alger sans Mozart    
Michel Canesi et Jamil  Rahmani  
Naïve,  premier semestre 2012

 

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

 

 

 Alger.jpg   A l’heure où l’on commémore les cinquante ans de l’indépendance de l’Algérie, le duo Canesi et Rahmani vient de composer une sublime symphonie à quatre mains, dont le titre est déjà une promesse,  Alger sans Mozart, roman d’une femme libre, Louise, « survivante d’un monde disparu »,   symbole de la France des Lumières,  qui s’engage avec Kaled, son futur mari afin de « collect(er) des médicaments, des pansements pour le maquis »,  et d’une ville magique, lumineuse, aux couleurs et aux parfums subtiles,  Alger : « je descendais avec lui dans le jardin déjà brûlant, les herbes grillées par le soleil craquaient sous nos pieds, nous nous assîmes sous le citronnier chargé de fruits jaunes et verts, l’arbre dégageait un fort parfum d’agrumes ». Les synesthésies disent toute la sensualité de ce pays extraordinaire, le bonheur de la luxuriance végétale  où des générations entières ont peiné pour le  gagner « au prix de la sueur, du sang et des larmes ». En effet, Louise, « arrière-petite-fille de pionniers, de ces aventuriers qui drainèrent cloaques et marais, mirent en valeur friches et maquis, élevèrent villes et monuments ; fille d’universitaires qui bâtissaient des ponts entre Orient et Occident », effectue une nostalgique déambulation dans un temps et un espace abolis, refaisant exister par la mémoire son histoire personnelle et familiale commencée au XIXe siècle : « Certains jours, elle racontait la saga de sa famille, de ses ancêtres prussiens chassés de leur terre par la famine de 1846. »
    Alger sans Mozart est un roman polyphonique, subtile dégradé du documentaire historique, du journal intime, du flux de conscience. Il donne à entendre essentiellement trois voix : celles de Louise, qui n’a pas toujours eu conscience de la classe à laquelle elle appartenait, mais qui évolua à la faveur de sa rencontre avec Kaled,  de Marc, son neveu, metteur en scène célèbre,  opportuniste et arriviste  et de Sofiane, symbole de l’Algérie de demain, ouvert, curieux, acquis à l’amour de la musique grâce  à Louise. Les destins de ces trois personnages s’entrecroisent à travers la personne de Louise et de  la ville d’Alger. Le temps retrouvé se superpose au temps réel des narrateurs. Les époques, des fragments de vie se croisent et se conjuguent. Passé et présent s’imbriquent manifestant la puissance et l’acuité des souvenirs. Un morceau de musique, un parfum, une image, un mot ressuscitent la fraîcheur et l’intensité  des perceptions et des sensations.    
    Le nœud logique et conscient du texte est le changement d’Alger, douloureux pour Louise et ses semblables. Un hiatus discordant a brisé l’harmonie.  La date charnière de 1961, avec l’entrée « en guerre » de l’OAS,    scinde la société algérienne, brisant une vie autrefois lumineuse et heureuse : « Le FLN, l’OAS et les politiques ont tout gâché ».  Les espoirs d’une Algérie multiculturelle s’évanouissent. Certains s’exilent. Louise reste, habitée par les souvenirs du passé, nostalgique des grandeurs déchues. L’arrivée en 1981 de « l’islamisme rampant »  tue  la joie de  vivre, la liberté de la femme, le plaisir d’écouter de la musique : « Je haïssais l’islamisation rampante qui ritualisait la société et stérilisait tout » clame Louise. « Tu imagines Alger sans Mozart ».  L’irruption des islamistes allume un désaccord entre les pieds-noirs, les Algériens, les juifs.        
   Mais des jeunes comme Sofiane apportent l’espoir. L’unité entre l’Orient et l’Occident renaît grâce à la culture, à internet, au film de Marc, à son interview : « Je reçois plein de courrier… Des lettres de pieds-noirs, d’Algériens, de beurs. Ils me remercient tous. » 
   Alger sans Mozart,  livre inscrit dans une aventure historique,   montre dans un contexte parfois polémique que l’art est la plénitude de la vie. La musique qui résonne en filigrane à chaque page du roman  avec les nombreuses références à « Bach, Satie, Dutilleux, Beethoven et Mozart. Surtout Mozart »  ou des comparaisons musicales (« La vie en Suisse était douce, comme un nocturne de Chopin ») est  conçue comme  concrétion magique et irradiante, capable non seulement d’envouter mais aussi de libérer. Elle  habite les êtres et leur insuffle sa propre vie.

 

    A la faveur de la Beauté, de la musique et de la culture en général, les deux rives de la méditerranée  se rejoignent. Les valeurs de tolérance,  de respect, de cosmopolitisme qui constituent la substance de ces  écrivains éclairés que sont Michel Canesi et Jamil Rahmani vont se propager et unir les frères redevenus amis dans un monde où « le temps du sang et de la haine » jamais ne reviendra.

 

19:46 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.