Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2012

Train de nuit pour Lisbonne

 

Train de nuit pour Lisbonne

 

Pascal Mercier   
Editeur 10/18 (2008)

 

 

 

(Par Mireille Bourjas)  

 

 

 

    Pascal Mercier image.jpgPascal Mercier, un philosophe suisse qui  vit actuellement à Berlin où il enseigne la philosophie a rédigé  Train de nuit pour Lisbonne, un livre  traduit dans de nombreuses langues et au  succès phénoménal.

 

 

 

    Le personnage principal, Raimund Gregorius, professeur de grec dans un lycée de Berne (ville natale de Pascal Mercier), découvre par hasard, un livre d’Amadeu de Prado, poète portugais. Cette découverte va le conduire à changer complètement de vie. Célibataire, savant  replié sur lui-même et sa petite vie étroite, il va se lancer dans l’aventure d’une sorte de voyage initiatique, sur les traces du poète portugais,  c’est dire le bouleversement que le texte provoque sur lui. Il lui semble écrit pour lui. « Etait-il possible que le meilleur chemin pour s’assurer de soi-même passât par la connaissance et la compréhension d’un autre ? Un homme dont la vie s’était écoulée très différemment et avait possédé une toute autre logique que la vôtre ? Comment la curiosité que vous inspirait une autre vie s’accordait-elle avec la conscience que votre propre temps s’écoulait. »

 

 

 

    Avec persévérance, respect, admiration, compréhension…, il reconstitue l’itinéraire familial, intellectuel, amoureux et politique de ce poète, médecin d’exception. Lisbonne et ses vieilles familles patriciennes ou populaires, Lisbonne du temps de la dictature de Salazar ressurgissent du passé. Au milieu des turpitudes de la vie, la figure emblématique d’Amadeu est celle d’un homme d’exception, dont chacun des actes est une leçon de vie. Pascal Mercier sonde les territoires de l’âme et de la conscience de soi. Des êtres attachants entourent le héros, et chacun semble avoir une vision originale et philosophique de la vie.

 

 

 

    C’est en partant de Marc Aurèle qui nous incite à être attentif à nos propres émotions, que Raimund finit par se découvrir lui-même et découvrir qu’il n’est pas mort aux émotions. De très belles pages accompagnent cette découverte ou plutôt ce dévoilement. « Car chacun n’a qu’une vie, une seule, et la tienne est déjà presqu’achevée sans que tu aies eu le respect de toi-même, mais tu as fait comme si tu plaçais dans les âmes des autres, ton bonheur…Mais quand on n’est pas attentif aux émotions de sa propre âme, on est nécessairement malheureux. »

 

 

 

    De nombreuses questions émaillent le texte qui est superbe. L’auteur nous fait sentir où peut  être un début de réponse, mais ne tranche jamais. Il ouvre des horizons de possibles, d’opportunités mais sait toujours se tenir en retrait, comme pour ne pas nous influencer de manière catégorique. «  S’il est vrai que nous ne pouvons vivre qu’une seule partie de ce qui est en nous qu’advient-il du reste ? »

 

 

 

    Une écriture ample, superbe, classique et apaisante accompagne tous ces questionnements sur la vie. Vraiment un livre magnifique, sur lequel on revient sans cesse !

 

 

 

20:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.