Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 juillet 2012

Lucidité post-mortem

 

Lucidité post-mortem : Quand la mort n’est plus de tout repos, la vie explose en morceaux…      
Joëlle Vincent    
Editions Maxou (2009)

 

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

 

 

    image post mortem.jpgLe début de l’ouvrage de Joëlle Vincent, Lucidité post-mortem, crée d’emblée une illusion référentielle. En effet, le récit est ancré dans la réalité avec des dates précises, « 7 juillet 1957 »,  des personnages identifiés, individualisés, « Bérénice, sa mère entamait sa deuxième année de chômage aux côtés d’un mari, souvent en voyage, et toujours absent (…) » installant le pacte de lecture habituel de la littérature réaliste. Mais cet univers réel se fissure brusquement avec la mort du personnage principal, Denis  (enfant « non désiré », « petit garçon oscillant entre  mélancolie  intérieure  et  euphorie  apparente »,        puis psychothérapeute, « maître dans l’art de raccommoder l’âme d’autrui ») pour devenir étrange, déroutant, machine à fabriquer des rêves. Denis, donneur d’organes,  « qui s’est pourtant toujours revendiqué cartésien »,  conserve toute sa « lucidité post mortem », comme l’indique le titre, leitmotiv de l’ouvrage : « Je bénéficie (…) d’une extraordinaire lucidité post-mortem, dorénavant, je l’appellerai ainsi. ». Un fois son corps morcelé, « menton nez bouche à Amiens, un foie au Kremlin-Bicêtre, un cœur et une cornée à Nantes »,  Denis suit le parcours des quatre greffés. En effet, il  conserve « la faculté de voir, de penser, de réfléchir, de ressentir » et il jouit de la possibilité de se téléporter d’un patient à un autre. Le morcellement devient une nouvelle façon d’exister. Etre bénéfique, accessible à la souffrance d’autrui, Denis promeut ainsi la science et aide à soigner.   
    Très vite, le lecteur comprend qu’il évolue dans un conte merveilleux et  philosophique. Des repères spatio-temporels structurent la narration pour lui donner tout une cohérence mais le texte dérive avec essentiellement le clivage entre le corps et l’esprit de Denis. La « normalité » explose.  Philosophique, ce conte développe une argumentation indirecte qui unit l’art du  récit, doté d’une écriture limpide, à un enseignement moral : apprendre à apprécier la beauté de la vie.  A la fin de l’ouvrage,   arrive en conclusion,  sous la forme d’un  poème de sept quatrains,   la morale explicite : « Je dépose les bombes/ De la beauté du monde. (…)/ J’allume les incendies / Des splendeurs de la vie ». Abstraite, désincarnée, cette « lucidité post-mortem » est en réalité une quête de sens. 
    Paradoxalement, Lucidité post-mortem  n’a rien de mortifère. Cet ouvrage est au contraire porteur de vie et d’espoir. La mort coule dans la vie et elle donne la vie. Ce conte  invite à  une autre forme de relation entre les êtres fondée sur l’amour, le don de soi et l’écoute  du prochain. Il propose une vision esthétique et magique  de l’existence.  Chacun d’entre nous devrait, comme Denis,  apprendre à  savourer  cette  « valeur inestimable » qu’est la vie,  mais  avant d’avoir franchi, contrairement à  lui,   le miroir : « Chemin faisant, Denis se figurait enfin la chance inouïe que représentait le si simple et si fabuleux miracle de la vie ».

 

19:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.