Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juillet 2012

Au fil du coeur

 

Au fil du cœur   
Joëlle Vincent    
Editions Maxou  (2011)

 

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

 

 

  Au fil image.jpg  Dans Au fil du cœur, au titre explicite et touchant, concrétion essentielle de  l’ensemble des  poèmes émouvants et denses,  la source d’inspiration  de Joëlle Vincent tient  à sa vie personnelle. Elle écrit à partir de son vécu, de ses émotions, de ses sentiments. Sa sensibilité et sa sensualité s’expriment lorsqu’elles donnent à voir et à entendre les fragments de sa vie et de celle de ses proches : famille, amis, relations… Ses poèmes opposés à la poésie pure de l’Art pour l’Art partent du réel, de l’existence et s’adressent directement à ceux qu’elle aime, immortalisant dans la beauté des fragments de vie.     
    Dans cette poésie lyrique inondée par les pronoms de la première personne, Joëlle Vincent nomme avec plaisir les êtres aimés et appréciés. Les prénoms donnés, « Pauline », « Clarence », « Gabriel », « Pierre »…,  ne peuvent se suffire, ils ont toujours une extension descriptive révélatrice de son art concis du portrait comme dans « Les trois ans de Pauline » en l’occurrence : « Depuis trois ans  aujourd’hui/Il y a un soleil de plus à ma vie, / Un petit rayon lumineux,/ Avec de très jolis yeux bleus ». La jeune  grand-mère jubile. Les images de lumière, d’éclat,  illuminent les descriptions de ses petits enfants : « rayons lumineux », « petite étoile qui scintille », « tu as réglé la lumière/ sur le mode éblouissant/ pour tes deux grands parents », « Tu éclaires nos heures ». Les petits enfants de la poétesse permettent l’ascension vers la lumière qui symbolise la joie, la vie, baignée d’une sensibilité religieuse, mise  en valeur à la rime,  « « Un joli Gabriel / Tout droit tombé du  ciel », qui perce dans de nombreux textes : « Les désirs de Dieu, / font notre destin ». Et au moment le plus sublime avec la référence divine, un mot populaire se glisse, « mirettes », petit clin d’œil plein d’humour de la narratrice.      
    Alors que la grand-mère se réjouit, l’amoureuse exulte. Les sensations tactiles antithétiques disent la violence de l’amour, suggérant le désordre de ce feu qui embrase, la confusion des sens qu’il suscite : « Nous avons connu des frissons/ Qui faisaient fondre les glaçons/ Et si j’ai volé à tes lèvres,/Tous les mots doux que j’espérais/ Ils m’ont donné bien plus de fièvre,/ Bien plus d’amour que j’en rêvais ». La dialectique de la brûlure et de la froidure trouve sa synthèse dans l’amour passion. L’amour est  la réconciliation fiévreuse (« la fièvre » étant l’hyperbole de l’amour) du chaud et du froid. La narratrice joue de surcroît avec les pronoms, le « je » s’adresse au « tu » avant de s’unir en « nous », pour signifier la symbiose amoureuse.      
     Au futur de la vie qui arrive, bénédiction divine,  et au présent, s’oppose le passé de la mémoire, des souvenirs, la réalité douloureuse donnée dans l’oxymore « le bruit de son absence »,  dans son  pathétique discours adressé à son amie Marina « partie sans crier gare ». La chute qui ponctue ce poème élégiaque imprime  la nostalgie dans l’ensemble du texte : « Elle était mon amie, / Son âme était très belle, / Depuis qu’elle est partie, / Je n’ai plus de jumelle. ». Les assonances en « elle » disent l’intense présence de l’absente dans le cœur de la narratrice tandis que  l’abondance des sonorités en « i » établit inexorablement  le départ « vers la rive d’où personne n’arrive ». La musicalité, le rythme  font de ce poème une incantation à l’amitié perdue à jamais à cause de l’inéluctable.
    Malgré la présence de la mort, dans Au fil du cœur, c’est l’amour de la  vie et sa plénitude qui l’emportent. Et il faut accepter le temps qui passe. Les ans ne sont pas un poids : « Ne repousse pas ta vieillesse,/ Si tu l’accueilles avec sagesse / Elle conserve à ta portée / Des tas de bonheur cachés ». La beauté est toujours présente : « Une beauté mature/ N’est jamais un parjure ». Pleine de sagesse, la poétesse donne une leçon sur la façon de bien vieillir et de jouir de la vie..    
    Les poèmes à l’écriture fluide et limpide d’Au fil du cœur sont des poèmes intimes. Joëlle Vincent laisse même percer avec humour ses idées politiques lorsqu’elle écrit : « ça vient de 68/ Où le sieur ‘Con-bandit-t »/ Venait venger les siens/ En agitant les tiens ! ». Mais l’épanchement personnel n’est pas narcissique. C’est un miroir tendu au lecteur qui s’y voit et s’y retrouve. En effet l’intime s’efface progressivement au profit de l’universel : l’amour, l’amitié, la vieillesse,  la mort concernent tout un chacun.

 

18:36 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.