Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 décembre 2012

Une étoile dans le noir

 

Une étoile dans le noir       
Lucia Tumiati    
Joanna Concejo (Illustrations)     
Editions Notari (2012)

 

(Par Elias Abou-Mansour)     
 

 

    Notari_une-etoile-dans-le-noir_couverture.jpg Dans Une étoile dans le noir, Lucia Tumiati raconte l’histoire de deux jeunes bergers unis par des liens d’amitié. Ces deux enfants possèdent de nombreux points communs : ils marchent pieds nus et vivent dans des masures, signes de dénuement mais aussi d’humilité. Le petit  narrateur, dépourvu de prénom, dépeint son ami, un être mystérieux, insaisissable, solitaire, incompris, taciturne et introverti, mais aussi charismatique, serein, confiant, dépourvu de peurs : « Moi, je n’ai jamais peur ». La peur, issue  du mystère, du secret, de l’incompréhension, est inconnue de ce jeune berger lucide, clairvoyant et pénétrant, qui lit dans les pensées, prédit ce qui doit arriver. Et surtout, il prône l’Amour : « Aimer, Aimer, je dois toujours aimer, moi, mais les autres. ». Son contact apaise le narrateur empli d’affection et de tendresse pour cet être complexe, qui malgré son jeune âge, est  versé dans les sciences religieuses : « Je pense. Je pense aux écritures, je pense aux prophètes, je pense aux mots de la loi ». En effet, maîtrisant déjà les textes de la Torah, il est soucieux de prêcher et d’inciter les Rabbins à la perfection : « Je voudrais que tous les maîtres soient parfaits pour former des élèves parfaits ».  Cependant  il a un esprit contestataire : voulant  éveiller les consciences, il enfreint  la loi et s’adresse aux gentils ou goys, signes de l’universalité de son message doux et non violent : « Moi, je n’aime pas tuer, et je ne le ferai jamais ».
    Lucia Tumiati sème des indices dans sa narration. Très vite, le lecteur se rend compte qu’il ne s’agit pas de l’histoire d’un simple berger. Le lieu où se déroule l’intrigue est la Palestine, la Terre Sainte. Le jeune berger fréquente le temple de Jérusalem et observe la Thora : « Mais les gens comme moi sont nés ici. Je suis né Juif, je suis bien dans le Temple. Je suis bien avec les rabbins ». Le nœud de l’intrigue ôte toute ambiguïté avec la révélation du sacrifice du jeune berger par son père, sacrifice que la mère en larmes rejette : « Seigneur – disait-elle en pleurant – ô mon Dieu, comment peux-tu penser que j’accepte de faire mourir mon fils (…)  Tu ne peux pas me demander une chose pareille. Une mère peut choisir de mourir, mais pas de faire mourir son propre fils. Tu ne peux pas me le demander. » Le titre de l’ouvrage  Une étoile dans le noir  prend  alors tout son sens : c’est l’étoile annonciatrice de la Bonne Nouvelle, porteuse d’amour et de paix, Lumière qui illumine les ténèbres. Lucia Tumiati réinvente l’Ecriture sainte. Elle humanise et actualise la vie du Christ, initiant de façon indirecte les jeunes lecteurs à la compréhension des mystères du christianisme. La personne du Christ est désacralisée et démystifiée. Les sentiments des personnages sont disséqués afin de les simplifier et les rendre accessibles aux jeunes lecteurs. 
    Une étoile dans le noir, bel ouvrage illustré de dessins au fusain, n’est pas seulement destiné aux enfants, mais aussi aux adultes. Il est porteur d’un message philosophique d’amour et d’amitié important  dans un monde qui sombre de plus en plus dans la violence. C’est un livre à offrir pour  Noël.

Commentaires

sono commossa.GRAZIE!

Écrit par : lucia tumiati | 28 décembre 2012

Merci.
Vous initiez les enfants, dans ce bel ouvrage, aux Mystères du christianisme.

Écrit par : Elias Abou-Mansour | 28 décembre 2012

Nel bellissimo racconto di Lucia trovo fortemente le ultime concezioni leopardiane, secondo cui all'esistenza umana, gettata crudelmente nel mondo, da un Dio indifferente, se non del tutto assente, resta solo la catena degli affetti e dell'amore (materno, paterno, filiale ecc.) per salvarci dal non-senso, dalla morte e, in misura minore, dalle difficoltà quotidiane.

Écrit par : Elena Nonveiller | 11 janvier 2013

Grazie mille di darci une visione differente dalla notra. La sua analisi del libro é concettosa, adatta. Mio marito ha visto exclusivamente l'aspetto teologico per i bambini.
Annie

Votre analyse est pertinent et j'y consens. Mais sera-t-elle intelligible par les enfants ? C'est pour cette raison que j'ai abordé l'aspect théologique du récit. Ainsi à Noël, les enfants comprennent le mystère du christianisme. Le message du livre est complexe et philosophique. Le lecteur adulte peut décrypter la souffrance humaine, le déchirement de la mère... qui mènent à votre analyse.
Je vous remercie sincèrement d'enrichir et de diversifier l'analyse de ce joli conte.
Elias

Écrit par : Annie Forest-Abou Mansour | 11 janvier 2013

Très délicat de proposer cette nouvelle version aux enfants. Mais je pense que la lecture accompagnée par un adulte peut être un enrichissement et peut leur apprendre la tolérance.
Je vais le lire. Amitiés. Annette

Écrit par : Annette Lellouche | 27 mars 2013

Les commentaires sont fermés.