Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2012

La beauté m'assassine

 

La beauté m’assassine      
Michelle Tourneur      
Fayard Roman   
(2013)

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

   Image  beauté.jpg La plume aérienne, délicate, sublime de Michelle tourneur dans La beauté m’assassine entraîne  le lecteur dans un univers onirique et esthétique. L’écriture-bijou de Michelle Tourneur décrit une réalité tout à la fois passée et intemporelle : le XIXe siècle d’Ingres, de George Sand, de Théophile Gautier, de Delacroix, peintre incompris et vilipendé par certains,  et l’univers éternel et inaccessible (« Cette beauté nous est interdite »)  de la Beauté, de l’Art.

    Florentine Galien, figure séraphique et mystérieuse, initiée aux arcanes des lames, réussit, à la faveur de sa persévérance et de sa détermination,  à pénétrer, sans se révéler,  l’atelier du peintre  Delacroix. Elevée par son oncle Hyacinthe Galien et sa tante Emilienne,  après une enfance passée dans un « vieux presbytère assailli par le grondement de la mer »,  cette jeune fille,  éduquée, subtile et cultivée,  qui « mani(e) les mots avec justesse, (…) écri(t), (…) sa(it) parler » propose ses services au peintre Delacroix, pour officiellement « chasser les poussières. », mais secrètement  pour  « apprendre les couches de fond, les mélanges, les gestes, le coups de brosse ».    
    Longtemps  suspicieux, Delacroix découvre lentement cette jeune fille secrète, espèce de double d’une jeune servante aimée dans sa jeunesse,  « C’était Florentine.  Ou c’était Caroline. Ou Florentine se fondant en Caroline », les deux jeunes femmes  fusionnant  dans son esprit, unit par la rime de leur prénom qui résonne en point d’orgue cristallin et argentin.

    A mesure que se déroule le récit, le rêve et  l’enchantement l’emportent sur la réalité brute du Paris des années 1830. L’histoire, simple en elle-même, s’oriente constamment vers le mystère et le rêve, dans une beauté lumineuse et magique. A la manière de Delacroix qui s’écrie à propos d’Ingres « S’il avait pris une fois un bain de vapeur sur une terrasse brûlante, il saurait que là, les lignes remuent… qu’elles se tordent… qu’il n’y a plus les lois du dessin, plus que la vie… la vie pénétrante. », Michelle Tourneur capte les sensations les plus fugitives et  les plus ténues, cristallise les vibrations de la vie, tente de retenir les lignes évanescentes et fugitives du réel.  Elle dit l’ineffable,  note l’impalpable. Les objets, comme le collier de grenats vénitien »,  deviennent immatériels et éthérés : « Le collier rouge était comme un souffle à son cou ».  Le réel se métamorphose sous sa plume. Les tissus du luxueux Lampas Bleu, « Maison des Joies Textiles » sont beaucoup plus que des étoffes. Ce sont des  trésors magiques, vivants,  mystérieux, fascinants : « les étoffes se déroulaient, voletaient, mettaient des lueurs fugitives, mates ou brillantes, sous la clarté tremblotante de la bougie. Le trésor vivait sa propre vie, c’était une sensation étrange. » Dans « le Cabinet aux Emois » situé au dessus du  magasin, les clientes vivent des moments  d’extase magiques, intenses  : « Là-haut, entre les deux grandes potiches chinoises, jaune et verte, les clientes, nues comme Eve au Jardin, s’offraient aux caresses des étoffes déroulées qu’une essayeuse, formée à cet effet, faisait bouffer sur leur peau  pour évoquer les tenues futures. A ce contact, leur souffle s’accélérait. Les quatre miroirs les multipliaient à elles-mêmes. Les pièces déployées, tels de petits feux frôleurs, leur donnaient des frissons dans tout le corps. Elles s’enfonçaient dans de drôles d’eaux troubles et sirupeuses d’où elles ne pouvaient plus s’arracher ». Michelle Tourneur capte  les sensations tactiles, visuelles, gustatives  les plus fugitives et les conjuguent dans une approche sensuelle et esthétique du réel. C’est une véritable relation érotique qu’Emilienne entretient avec les tissus à travers les synesthésies  naissant  au contact des soies : « La soie feu, la soie bleu nuit, la soie amande moutonnèrent, leurs reflets flambés se mêlèrent ». Cet incendie de couleurs  miroitantes et nitescentes  est tellement puissant qu’elle en suffoque, assassinée par cette  Beauté voluptueuse.   
    Florentine, quant à elle, pénètre cette Beauté : « Elle avait plongé dans les entrailles du tableau, elle s’était mariée aux fluides des couleurs », le Lampas Bleu devient une mise en abyme d’un tableau de Delacroix.  Et l’écriture de Michelle Tourneur nous emporte alors dans un maëlstrom éblouissant de couleurs, de sons, de parfums.  Les hypallages transfèrent les adjectifs en substantifs (« cette blondeur sortie du brouillard », « la blancheur de sa peau »), faisant tournoyer les sensations en une valse aérienne.

    Michelle Tourneur pose sur le  réel imparfait, souvent violent, sombre du XIXe siècle,  le regard de l’artiste totale et le  transcende à la faveur de son imagination éblouissante et de son écriture délicate, féérique et  légère. La beauté m’assassine est un véritable voyage par les sens.

 

19:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.