Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2013

My Destiny, Cielito...

 

My Destiny, Cielito… 
Extrait des CD audio de Guy Crequie    
Gil Conti en concert (2013)

 

(Par Joëlle Ramage)

 

        

   
podcast
    Poète, écrivain, musicien, chanteur, Guy Crequie chante pour la paix et les droits humains. Il propose  toute une gamme variée de musiques et de chansons. Il est intéressant    d’effectuer pour l’amateur une analyse  de son travail musical afin de permettre à ce dernier  de l’apprécier davantage encore.

    La chanson, My Destiny,  par exemple,  débute par quelques accords au clavier  qui montent vers les aigus pour redescendre dans les graves avant d’ouvrir la mélodie. La chanson s’articule pleinement autour de la voix plaintive du ténor qui accuse des vibratos sensibles sur des notes aux commas défaillants et une voix volontairement cassée, accentuant ainsi l’effet de douleur recherché. Le deuxième souffle musical se veut beaucoup plus optimiste, comme en atteste les accords très enthousiastes et pressés du clavier. La voix du chanteur monte en puissance et, c’est dans un accord terminal dans les  aigus, accompagné d’un vibrato très soutenu que s’achève cette œuvre toute en sensibilité.

    Dans Cielito Lindo, l’ouverture mexicaine haute en couleur saturée de petits sifflements et  de cris plaintifs  dans le genre « oh, oh, oh, aïe, aïe, aïe !!! » poussés par une voix volontairement androgyne, ouvre cet air très populaire, sur un rythme à trois temps. Le tempo sage est  bousculé de loin en loin par le jeu  d’un violon solo qui s’anime dans les aigus et  particulièrement dans les notes terminales. Un clavier fixe le tempo de cet air de valse intemporel et joyeux.

   Trois accords symphoniques discrets débutent Because une chanson lente et somptueuse interprétée sur un mode lyrique par un ténor à la voix chaude. Les cordes de l’orchestre symphonique accompagnent dans des lentos très étudiés l’air suave, conférant beaucoup de profondeur à l’ensemble. De manière graduelle la mélodie monte en puissance et la voix du ténor s’affermit dans des vibratos accentués et courts. Puis la mélodie s’engage dans quelques aigus savamment recherchés pour s’épanouir sur une note finale ardente et prolongée. 

    Une note grave et profonde ouvre, Torna a Soriento, une  chanson  aux accents lyriques. Les paroles, interprétées par un ténor à la voix volontairement brisée et aux accents italiens,  sont entrecoupées d’une mélodie douce jouée par un orchestre à cordes ; les accents cassés du chanteur trouvent leur prolongement dans des vibratos longs et ouverts. L’interprétation dans les aigus montre toute l’agilité de la voix du ténor dans une tessiture qui alterne des altos aigus et des basses profondes. C’est sur un beau jeu de violons ponctué de splendides rubatos que s’achève cette œuvre lyrique, bien maitrisée au plan vocal et harmonique,  avec la voix du chanteur clôturant sur une note haut perchée dans les altos.

     La variété des genres musicaux, associée aux qualités vocales de l’artiste tant dans sa virtuosité, son agilité, son timbre que sa vélocité, démontre à l’évidence une très grande maîtrise de la composition et  de l’interprétation musicale.


 

Celles et ceux  qui sont intéressés par les CD de Guy Crequie peuvent  lui  envoyer un message  à :  guy.crequie@wanadoo.fr

 


 

16:24 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.