Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juillet 2015

J’étais la terreur

J’étais la terreur      
Benjamin Berton
Christophe Lucquin Editeur (Date de sortie : 22 octobre 2015)

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

    image terreur.pngLa réception d’une œuvre littéraire est souvent une aventure. Beaucoup d’écrivains sont   en avance sur leur temps par leur écriture ou  les thèmes abordés. Trop ancrés dans un présent proche et sensible, certains sujets risquent de scandaliser ou tout du moins de troubler. Tel pourrait être  le cas de J’étais la terreur de Benjamin Berton. Avant d’aborder son ouvrage, afin que les lecteurs n’imaginent pas avoir à faire à un brûlot, il est sage d’effectuer un  récapitulatif succinct de l’évolution de la littérature contemporaine.

    Au XXe siècle, le roman  bascule du récit à la narration à la première personne.  Il  n’enregistre plus le réel, le vrai,  - décors, personnages -,  comme  le faisaient au XIXe  les réalistes et les naturalistes. Dorénavant le point de vue biaisé et lacunaire d’un narrateur s’impose.  Il est  alors désormais difficile de classer le roman par rapport à un genre précis. Le lecteur se trouve confronté à des monologues intérieurs, des flux de conscience, des romans documents, des romans fondés sur des faits divers… Les écrits sondent la part ténébreuse de l’âme humaine comme le fait par exemple Emmanuel Carrère dans L’Adversaire.  L’autofiction de Benjamin Berton, J’étais la terreur, appartient à cet univers romanesque loin de l’idéal classique du XVIIe siècle aux règles esthétiques, morales dont l’objectif est de plaire, d’instruire  et d’essayer de faire accéder le lecteur à l’archétype de l’« honnête homme », cultivé, modeste, d’agréable compagnie. Dans J’étais la terreur, le but, les moyens sont autres. Le lecteur aborde une littérature de la rupture et découvre autre chose. En effet, il va habiter les pensées d’un terroriste, être interpellé par lui par l’intermédiaire de questions rhétoriques, d’indices d’énonciation de la deuxième personne du singulier. Or le lecteur ne connaît  généralement pas  l’univers de ce type d’individus, il n’appréhende les « terreurs » qu’à partir des questions qu’on leur pose, qu’à partir de leurs juges, de la presse. Il n’existe pas un en-soi du terroriste, mais des conditions socio-historiques qui créent ce dernier.

    A paraître le 22 octobre 2015, J’étais la terreur risque de hérisser certaines  susceptibilités et de créer une polémique. En effet, il donne la parole à un homme d’une trentaine d’années, resté caché pendant quatre mois dans une fosse creusée en pleine forêt picarde, (« j’ai  creusé la fosse, deux mètres et quelques sur un mètre soixante, un mètre soixante-dix de profondeur ») afin de fuir la gendarmerie nationale qui le recherche activement. Cet homme à qui l’auteur donne la parole est  Chérif Kouachi, décédé le 9 janvier 2015, deux jours  après l’attaque menée contre les membres de la rédaction de Charlie Hebdo.  Au fil des pages, le lecteur pénètre la conscience, les souvenirs, le ressenti, les émotions, le point de vue  fictif  de Chérif Kouachi qui aurait échappé au grand voyage final.  Une fois sorti de sa tanière,  Chérif recommence une nouvelle vie :    « j’ai refait ma vie ». Cependant le sombre spectre de son passé vient le hanter. Il essaie de comprendre. Où est Dieu dans tout ce qu’il a vécu ? L’homme, être en devenir,  est-il perfectible ?  Quatre ans après les faits, Chérif Kouachi médite  avec recul sur son histoire, se demandant s’il a le droit de recommencer sa vie  après avoir commis l’irréparable, le monstrueux. Sa mort symbolique, l’enterrement dans une cavité, va-t-elle le faire renaître différent ?

     Chérif, orphelin à treize ans,  amoureux de la France (« La France est un pays merveilleux où il ne manque que Lui. ») réfléchit, revient sur son passé, son enfance, son adolescence, ses actes.  Il  analyse les commentaires  de la presse, le regard des Occidentaux : « La presse commet tellement d’erreurs au sujet de mon frère et moi. Il est impossible de toutes les rectifier. Celle qui est la plus communément admise est de considérer que nous sommes des gamins, des gamins qui avons mal tourné ou qui sommes victimes des circonstances. Cette façon de voir les choses est emblématique de la manière dont vous, je veux dire les Occidentaux, traitez ce qui vous échappe.  Vous considérez qu’on est en droit de voter et de participer à la vie publique à compter de dix-huit ans mais vous nous traitez de gamins passée la trentaine parce que le mode de vie que nous avons choisi ne correspond pas à ce que  vous attendez ». Le protagoniste s’oppose à la représentation des faits proposés par les media qui ne donnent que la surface, l’apparence des choses. Le roman puise au cœur de l’homme et de sa complexité. Il montre tout se qui se joue dans la conscience du personnage, proposant des arguments politiques, sociaux, religieux, psychologiques. Il ne met  pas l’accent sur les  victimes,  n’évoque ni la compassion, ni le spectaculaire. Il ne s’agit pas d’une lutte du bien contre le mal. Un homme, en quête de lui-même,  analyse sa personnalité  passée (« avant de rencontrer ce professeur, j’étais une sorte de petit animal qui réagissait à des stimuli, se mettait en garde, donnait quelques coups de griffes et puis s’endormait quand il était à bout de forces ») et présente. Il  raconte simplement son vécu de jeune issu de l’immigration, peu scolaire mais calme, (« Je n’aime pas la bagarre et encore moins les bagarreurs »), nourri  par les clichés des séries télévisées, (« J’avais une morale de blockbusters et de séries télé »),   ayant intériorisé  les préjugés des  autochtones (« nous sommes des fainéants nés », « On était des Algériens après tout »), dont la mère  aimante,  attentive, souhaite prouver son intégration : « Ma mère souhaitait faire oublier aux gens qu’elle était Algérienne ». Le narrateur expose des faits, mais n’accuse pas : « Je ne dis pas que nous avons été stigmatisés ». Le personnage, un jeune semblable à ceux de sa cité,  constate simplement. Son monologue est un palimpseste faisant alterner présent, passé proche et lointain.

     A onze ans, Chérif Kouachi se rend pour la première fois dans une mosquée parisienne s’attendant à trouver un lieu aussi majestueux, magnifique    semblable aux  églises visitées pendant les sorties scolaires. Mais il ne découvre que misère,  saleté, puanteur : « cela ne ressemblait pas du tout aux Eglises dont j’avais admiré la hauteur sous plafond et les enluminures (…) Au-dessus de l’endroit où l’Iman disait la prière, il y avait une tâche marronnasse qui avait été causée par une fuite d’eau (…) c’est si petit et étriqué. C’est si pauvre ». Or malgré ce décor sordide, la paix, le silence, la fraternité,  le souffle divin s’imposent magiquement : « La foule qui se formait à la sortie de la mosquée  était généralement apaisée et heureuse, une foule amicale et prête à rentrer dans le monde. C’était assez fascinant ». Malheureusement comme le laisse entendre Benjamin Berton,  la prison, certaines fréquentations, un dynamisme  mal canalisé vont favoriser la radicalisation du jeune homme et le métamorphoser en « terreur ».

    Cependant, après quatre semaines sous terre, il renaît différent, après  quatre années de transformation -  il se marie, donne naissance à un fils -  Chérif devient autre.  Et comme chacun le sait, « quatre »  est un chiffre symbolique, divin : quatre fleuves arrosent le jardin d’Eden avant la faute.  Quatre vivants entourent le trône de Dieu selon l’auteur de l’Apocalypse, signifiant que Dieu domine le monde. En plus, non seulement Chérif Kouachi voit la Simorgh, mais il l’absorbe : « Je n’eus pas à avaler. Elle entra et disparut aussi simplement qu’une gorgée d’eau. Nous ne faisions qu’un Elle et moi ». La sagesse  du soufisme lui permet désormais de mieux approcher le Divin.

    Dans cette autofiction, avec humour (« j’arrivais la plupart du temps aux entraînements en ayant tellement fumé que j’avais l’impression qu’il y avait trois ballons et cinquante personnes sur la pelouse ».), réalisme, gravité, sobriété,  Benjamin Berton rend compte de la vie d’un personnage paradoxalement inhumain dans les faits et pourtant tellement humain. L’auteur prouve sa confiance en l’Homme, refusant tout manichéisme. Les citations poétiques extraites du CANTIQUES DES OISEAUX  de Farid ud-Din’Attar qui ouvrent chaque chapitre auréolent l’ouvrage de poésie, de mysticisme, de beauté, de confiance, de pardon : « Purifiés de tout, détachés, libérés, / Ils furent vivifiés par l’éclat de Sa gloire/ tous leurs actes passés et tous leurs manquements / Disparurent à jamais effacés de leurs cœurs /Le Soleil éclatant de la Proximité / Resplendit du lointain, et irradia leur être ». Le narrateur  croit en la rédemption de l’Homme. La Beauté littéraire l’emporte sur le mal.  Comme le dit Baudelaire : « Ô vous, soyez témoins que j’ai fait mon devoir/ Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte. / Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence, / Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or ».

 




 

 

20:07 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

12 juillet 2015

Kidnapping

Kidnapping
Maryline Gautier
Editions de la Différence     
La ligne Bleue (2015)

 

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

   

   image kidnapping.jpgLa lecture de Kidnapping de Maryline Gautier provoque un agréable effet de surprise.  Le titre, faisant  référence à la violence, au mystère,  suggère un roman policier. Or le lecteur découvre un roman psychologique à suspens  qui  le tient  en haleine de la première à la dernière page.

    Kidnapping est un roman polyphonique, racontant l’enlèvement et la séquestration d’Henri Lethuillier, un médiocre  écrivain de Plessy-sur-Blières. Henri, homme élégant apparemment bien à tous égards  se promène  selon son habitude « depuis qu’il est à la retraite, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il grêle » sur la route aux alentours du vieux bourg où il vit avec « sa pieuse épouse »,  Adèle.  Soudain,  un homme  lui jette un sac sur la tête et le projette sur la banquette d’une camionnette blanche. Henri s’imagine alors être une célébrité victime d’un complot : « il n’éprouvait aucune peur. A l’étonnement se mêlait une certaine fierté ». Mais sa stupeur est immense lorsqu’il découvre l’identité de ses ravisseurs

    Dans cet ouvrage, le réel se construit progressivement en proposant le point de vue biaisé de chacun des membres de la famille Lethuillier, famille  en apparence lisse et sans problèmes où se cachent pourtant des secrets. Le présent et le passé d’Henri, d’Adèle, de leurs enfants, des jumeaux  prénommés Jacques et Annabelle se tricotent au fil de leurs pensées, de leurs émotions, de leurs souvenirs. La réalité fugitive est tressée progressivement sur quelques  journées structurant la densité du vécu de chaque protagoniste. La personnalité des quatre membres de la famille se dessine avec finesse et précision  au fil des pages en suivant les méandres de leurs pensées et de leurs souvenirs. Adèle  femme « docile », « gentille », sensible,  timide,  bien que possédant un diplôme  d’institutrice, se contente de travailler comme femme de ménage. Menant une vie sans histoire, elle cache ses dons de guérisseuse hérités de sa mère. Les jumeaux, quant à eux, sont en tout point opposés : Annabelle, belle jeune fille aux yeux verts,  possède une forte personnalité alors que  Jacques, enfant puis jeune homme passif,  qui « vi ( t ) dans la peur de mal faire »,  a en lui, selon son père, « de la graine d’esclave ».

    Henri, personnage central, est le point focal vers lequel  convergent tous les  regards, les pensées,  les émotions, les récits. Il  entretient une relation dominant/dominé avec son épouse  qui doit lui raconter ses moindres faits et gestes et avec ses enfants qu’il prive de liberté. Il rationnalise son autoritarisme,  sa dureté,  sa perversité, son esprit  manipulateur. Il n’a pas du tout l’impression de se comporter négativement : « Comment présenter des excuses quand on n’a aucun regret ? ». Il se donne toujours bonne conscience :  dans son esprit, il agit par amour,   voulant  le bonheur de son couple et la réussite de ses enfants. Cependant il évolue dans l’apparence quand il  se présente comme un homme sans faille ayant réussi. : «  Pour les jumeaux, il s’inventait un bureau ensoleillé au quatorzième étage, un titre de directeur du service clients".  Or, la réalité est tout autre.  Henri a en effet, construit sa vie sur un certain nombre de mensonges  afin de  s’imposer. Face à ses enfants, pour conserver son autorité,  ayant  peur que le vernis s’écaille,  que le masque se brise, il cache ses lacunes : « car le jour arriverait où le fils comprendrait les limites  du père en mathématiques ? Son autorité s’en verrait entamée, voire remise en question ». Don Juan (« il aimait les femmes (…). Leur conquête plutôt »), il choisit une épouse naïve ayant « peur de Dieu »,  afin, entre autres,  de  la tromper sans risques : « Reposante et inoffensive, elle se laisserait facilement menée et, si elle découvrait ses frasques avec d’autres femmes, le bon dieu l’aiderait à fermer les yeux ». Et en effet, Adèle «avait toujours su qu’Henri la trompait, et choisi de s’en accommoder ». La vie est tellement plus simple lorsqu’on se voile la face.

     Très vite, au détour d’une phrase, d’un mot, le lecteur saisit la vraie personnalité d’Henri constituée  d’une certaine forme  de dédoublement et d’imposture.  La mascarade s’effondre au bout de vingt  ans de vie commune pour Adèle (« Belle au bois dormant réveillée après dix-huit ans de rêve auprès de ses enfants (…) ») à la faveur du départ de ses enfants et d’une lettre  d’Annabelle qui « ouvre la boîte de Pandore. Pour en tirer un à un les mensonges d’Henri, les non-dits, les abus ». Se rendant compte que « le saint était peut-être un diable »,  Adèle évolue,  se métamorphose,  devient une femme libre  qui prend de l’assurance, ose  s’imposer,  choisir sa vie.

        

 

    Kidnapping mêle  poésie (« le clapotis de l’eau entre les pierres le
bruissement du vent dans les feuillages, le grésillement des insectes, tout ce qui composait l’agréable musique du sous-bois (…)
 »), humour («-Vous êtes la femme d’Henri Lethuillier. / Ce n’était pas une question mais Adèle hocha la tête en la regardant droit dans les yeux. /- Oui, et vous sa maîtresse »),   psychologie, suspens. Cet ouvrage explore la part obscure de l’être humain, le problème  des tragédies humaines, du mal,  sans pathos. Dans cette impitoyable descente aux enfers,  Maryline Gautier  réalise une étude  existentielle avec recul et lucidité  permettant  au

20:15 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

07 juillet 2015

ANSELME

Anselme
Mathilde Arrigoni
Editions Rafaël de Surtis (2015)   
Collection : pour une Fontaine de Feu

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

    image anselme.jpegAnselme   de Mathilde Arrigoni : une miniature délicate  singulière, émouvante  à l’écriture poétique, enchanteresse  et flamboyante.   Apparemment  structuré  et classique avec un prologue et  un épilogue, Anselme  est un ouvrage moderne, original,   doté d’une grande liberté  de forme et d’écriture avec des  récits, des lettres, des lambeaux de poèmes  et surtout  des discours dépourvus de ponctuation. Cette absence de signes typographiques entraîne une certaine ambiguïté du sens et par conséquent  une richesse d’interprétation, concrétisant la perte de repères, le flux d’idées, de sensations, d’émotions, une introspection sans fin.  Elle concrétise l’angoisse du personnage  en rompant les règles sécurisantes de la grammaire, en supprimant les balises accompagnatrices de la lecture.  Le lecteur suit les vagabondages  de la voix d’Anselme,  ses phrases inachevées  (« je suis resté enfermé dans ma chambre ne descendant plus jamais m’attabler face à la fenêtre d’où »),  sa vision personnelle du réel. Il  erre dans les pensées, les ressentis, les émotions, les obsessions souvent mortifères  d’Anselme,  peintre schizophrène, amoureux déçu, interné pendant un  temps dans un asile psychiatrique, puis isolé dans une masure à la campagne. Les questions assaillent le lecteur : les propos d’Anselme sont-ils conformes à la réalité ? S’agit-il d’hallucinations ? Contrairement aux  romans  traditionnels, aucun narrateur ne guide le lecteur, ne commente les événements. Le narrateur du prologue ne peut que dire : « D’Anselme je ne sais rien que la douceur étrange de son dernier tableau ».

    Le livre introduit le lecteur dans une conscience déchirée, dans un être tourmenté par  les affres de la création.  L’artiste,  doté d’une intelligence et d’un univers intérieur supérieur à ceux du reste des humains,  (« je suis très supérieur à l’humanité en général et en particulier »), incompris du commun des mortels,  « voi(t) des choses que les autres ne voient pas ». Comme le « prince des nuées » de Baudelaire,  il est irrémédiablement seul, en proie à une intolérable souffrance soulignée par  l’image hyperbolique : « m’abandonner à cette émotion sentir que le cœur se dilate et qu’un jour on le trouvera en mille morceaux sur le canapé de la salle commune éparpillé dans le café renversé ». Comme Séraphine Louis ou Augustin Lesage,  le peintre dont les esprits guidaient le pinceau, auquel le texte fait référence, Anselme est dépourvu de toute formation artistique. Il observe, (« J’avais décidé d’étudier chaque portrait avant de l’exécuter et de m’imaginer quelle vie avait pu façonner chaque regard »),  travaille avec acharnement,  ferveur.  Le divin, le religieux  hantent les propos de ce mystique, de ce médium en  communion avec l’invisible, en communication avec Dieu. Anselme, « passeur de lumière ».    est celui qui fait sortir les êtres de l’ombre en tentant de  dire  l’ineffable,  de montrer l’invisible, l’essence même des êtres et des choses : « Ce que je veux mettre en pleine lumière, éclairer d’un jour crû, c’est la face cachée des choses ». Anselme porte en lui un idéal, la Beauté. Il veut accéder à la perfection : « Je veux l’œuvre parfaite ». Mais donner à voir l’essence des êtres est malaisé, délicat : « Peindre, ce n’est pas difficile. / Saisir les âmes, autrement périlleux ». Pourtant il arrivera à concrétiser la Beauté et la Lumière qui sont en lui dans ses œuvres picturales. Et à la faveur de ses créations, il accédera à l’immortalité : « J’étais seul enfin seul éloigné et parti déjà / c’était la fin / juste / Juste le temps / d’écrire mon nom / clore la boucle, / achever le cercle / vaincre l’éphémère / ne pas disparaître ».

    Anselme, - un homme et un créateur inconnus de tous  dont le lecteur suit pas à pas le voyage intérieur vers la création -, symbolise  la sensibilité artistique et  la solitude inhérente à tout artiste.

14:11 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4)

01 juillet 2015

Au bonheur des jours

Au bonheur des jours        
histoires de femmes  
Joëlle Miquel     
Editions de la Différence (2015)

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

   image au bonheur des jours.jpg Lire  les nouvelles  porteuses de vie et  de vitalité de Joëlle Miquel, Au bonheur des jours, c’est plonger non seulement dans les instants de bonheur évanescents et  magiques  qui constituent l’existence, mais aussi apprendre à les voir et à les saisir. Au cœur de toutes ces nouvelles, des femmes ordinaires, issues de différents milieux sociaux, à « la vie sans importance »,   souvent emportées par le maelstrom du quotidien, assaillies par de multiples  tâches et soucis,   après avoir été passives, soumises à leur éducation,  à leur mari, aux codes sociaux, aux conventions,  apprennent  à s’emparer des petits moments de bonheur que la vie procure toujours à celles qui sont à l’écoute de ses vibrations.

    Les femmes dont Joëlle Miquel brosse des portraits typés et réalistes avec sensibilité, tendresse,  humour sont perçues sous l’angle de leur diversité alors que l’homme apparaît  souvent – pas toujours, mais  c’est rare   - comme un « macho aux gestes lourd » dans « Henriette ou l’incroyable histoire de madame Dupon », dans « Aïcha ou la voie lactée », un séducteur dans « Clarisse ou un petit quelque chose ». Souvent ces femmes   ne sont que le reflet de ce que les autres leur renvoient.  Conditionnées  par cette image intériorisée, « «  ‘on’  était un être indéfinissable à la puissance extraordinaire qui gouvernait nos vies », par unsurmoi trop puissant, « Marie avait toujours été prisonnière »,  elles   deviennent « invisibles », passent inaperçues,  « elle était transparente ».   Souvent  ellesne sont plus regardées,  (« jamais on ne lui avait prêté attention »), ne se regardent  pas. Elles  se découvrent  alors  parfois avec surprise  vidées de toute séduction, flétries, dans un miroir surgi soudain devant elles :  « Tout à l’heure, dans la glace du Franprix, (..) elle s’est rencontrée, le teint gris et les paupières noires, les traits tirés et les yeux cernés, à peine coiffée, (…) elle s’est trouvée laide et triste ».  Trop engluées dans leur manque de confiance en elles,  elles oublient qu’elles existent, incapables  même de surprendre l’attention que l’Autre  leur porte : « Ainsi Henriette Dupon avait passé sa vie en aveugle ». La route de leur existence semble tracée inéluctablement.

    Pourtant toute vie est imprévisible,  l’inattendu peut surgir à la faveur d’un regard masculin  un peu plus appuyé : « Il la trouvait belle, mieux : gracieuse », d’une éclatante journée d’été…  A ce moment-là, ces femmes se réconcilient avec elles-mêmes,  apprennent à s’aimer,  (avant « elle ne s’aimait pas »),  s’acheminent alors vers l’autonomie, osent se libérer d’elles-mêmes, du regard de l’Autre, des pressions sociales, religieuses. Aïcha et Jouriya  « enlèv(ent) leurs voiles », puis plongent « Nues et superbes » dans la douce eau ardéchoise, devenant œuvre d’art, « sous  la lumière pâle de la lune, leurs corps étroitement serrés ne formèrent plus qu’une sculpture de chair mouvante »,  au rythme d’un « ballet divin ». Toutes ces femmes se permettent  de  se mesurer à la réalité, de s’imposer comme Margot qui sort de l’ombre et  de l’injustice avec son fils tétraplégique  dérangeant  ainsi l’ordre  tranquille de la plage.

    Cet inattendu,  ces instants magiques sont inoubliables.  Comme le symbolise le pseudonyme  choisi par madame Dupon, « Hortense de Nonretour », on ne revient pas sur ces moments de bonheur. Ils ont existé, même si parfois leur souvenir s’éloigne  comme dans « Marie ou chambre d’hôtel sans bagage ». Proches ou lointains, ils ont  procuré de la légèreté,  de la douceur, de la joie à l’existence et surtout des prises de conscience diverses. Ayant accédé à la conscientisation, les protagonistes d’Au bonheur des jours se responsabilisent dans tous les domaines, même  dans ceux de l’éducation de leur fils : « Il faut arrêter ça !... Ce sont les mères qui font les tyrans. Il faut que chaque femme cesse d’élever les hommes ainsi ! ».

    Les nouvelles à la chute souvent lumineuse de Joëlle Miquel sont  des perles littéraires  dotées d’une écriture poétique sertie de synesthésies (« Il y avait des jardinières d’orangers et des gerbes de lys. Une douce odeur de fleurs, de pain chaud, de café flottait »), de comparaisons, de métaphores,  rythmée par une musique légère donnée par des refrains,  « Et c’était inexplicable… tout ce désir » (…),« Et c’était inexplicable… tout ce désir »,  des anaphores : « C’était Elle » / C’était Lui », une mise en page qui imprime une cadence à l’énoncé.  Ces textes  s’intéressent à la vie, plutôt qu’à une vie. Ils  proposent  sans prétention  des leçons de bonheur valables pour tout un chacun. De chaque cas individuel, la narratrice glisse  à des situations existentielles. Elle  prouve  combien il est simple d’être heureux : « Se faire simple et claire pour prendre le soleil du monde, voir la vie en bleu, avant de tomber toute droite, abreuver la terre pour ceux qui suivent. Juste une goutte d’eau dans la lumière de la vie, voilà ce que chaque homme se devait d’être pour illuminer le temps ».  Au bonheur des jours,   avec ces bribes de vie, ces minuscules événements  donnant libre cours à des réconciliations intimes,  apporte une étincelle  de joie au  lecteur non seulement par son message chaleureux et son écriture esthétique mais aussi parce que ce recueil  a été  rédigé avec plaisir et générosité. Comme le souligne  la narratrice : « le bonheur grandit dans le partage.  »

12:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)