Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 septembre 2015

Belle époque

Belle époque    
Zabeth Ross      
Traduit de l’anglais par Madeleine Nasalik     
Editions Robert Laffont (2013)

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

    Image belle époque.jpgZola, point d’intersection du XIXe siècle scindé en deux phases : la première optimiste et confiante dans le Progrès, la seconde pessimiste et spleenétique, n’est pas seulement l’auteur des Rougon-Macquart,il a aussi rédigé des contes, des nouvelles et de nombreuses publications dans la presse. Il a entre autres écrit Les Repoussoirs, nouvelle que Zabeth Ross reprend à sa façon dans Belle époque.  En effet elle s’inspire du thème zolien et donne au court texte de l’écrivain un souffle plus ample à la faveur de sa réécriture.

    Zabeth Ross plonge le lecteur dans le Paris de la Troisième République, à la veille de l’Exposition universelle, à l’époque de l’édification de la Tour Eiffel, (« La Tour d’Eiffel, encore en construction, se projette dans le ciel »),  objet de contestation de la part de nombreux artistes et évidemment des personnages du roman, reflets de la réalité : « La Tour d’Eiffel est une parfaite abomination ».  Dans Belle époque, Zabeth Ross raconte l’expérience humiliante vécue par Maude Pichon, une jeune fille de seize ans, ayant fui sa Bretagne natale  afin d’échapper à  « une vie monotone à la campagne » et  à un mariage forcé  avec « M. Thierry, le boucher du village », un homme âgé et rebutant. Le seul métier s’offrant à elle est celui de repoussoir. En effet, « les jeunes femmes vêtues en paysanne et débarquées de leur province ne peuvent prétendre à vendre des toilettes à la dernière mode ou des pâtisseries semblables à des bijoux ». Maude Pichon, comme tant d’autres jeunes femmes pauvres et laides, devient donc  un faire-valoir, « près d’un joyau issu du  grand monde ». Dans la société superficielle et hiérarchisée de la Troisième République, seuls l’apparence,  l’argent, la réussite sociale comptent. Le mariage se réduit à une transaction. Les jeunes filles de « bonne famille » doivent,  dès qu’elles « font leurs débuts » dans les bals,   séduire un mari nanti.

    Dans ce roman à la première personne, le lecteur perçoit  le ressenti, la révolte mais aussi l’évolution psychologique, intellectuelle,  sociale  de Maude. Il discerne le regard réducteur que Durandeau, le fondateur de « l’agence de location de femmes laides » et   les bourgeois  assignent aux femmes  soi disant disgracieuses et à la jeune provinciale, regard que progressivement cette dernière  va refuser comprenant que les critères de beauté sont subjectifs,  que la beauté intérieure est beaucoup plus importante mais qu’il faut  être capable de l’appréhender :  « J’ai compris une chose qui restera gravée dans ma mémoire : ce qui m’intéresse, c’est immortaliser  une certaine forme de beauté (…) une beauté éphémère, la beauté d’une âme, d’une vie intérieure qui se révèle par instants, fugitive, fugace, à ceux qui savent regarder ».

    Ce roman, comme la nouvelle de Zola,  est une critique de la bourgeoisie de la fin du XIXe siècle, mais aussi  de notre société fondée sur les apparences, pour laquelle l’avoir compte davantage que l’être. Bonne lectrice de Zola, Zabeth Ross  emprunte aussi à l’écrivain naturaliste quelques procédés. Comme chacun le sait, l’homme est animalisé chez Zola.  Philippe Bonnefils n’écrit-il pas dans « Le Bestiaire d’Emile Zola » ( Lecture de Zola), «  (…) la fonction sociale perd ses qualités distinctives si on la soumet à l’épreuve du bestiaire. De bas en haut, la société offre le spectacle d’une désolante uniformité » ? Avec humour, Zabeth Ross animalise les différents personnages. Elle transforme  M. Durandeau en chien : « M. Durandeau trottine de l’une à l’autre sur ses petites pattes, à la façon d’un épagneul qui aimerait attirer l’attention de sa maîtresse », le regard de Maude est qualifié de « bovin », Agnès, Brigitte et Clémence « font penser à (des) poules ». Les exemples pourraient être multipliés. Le lecteur ne peut que regretter de lire une traduction aussi aboutie soit-elle. Rien ne vaut l’analyse d’une écriture dans sa langue d’origine.

    L’influencezolienne agrémentée d’une pincée d’optimisme à la fin de   Belle époque  a contribué à la naissance d’un ouvrage  plaisant et émouvant,   bonne critique d’une société  valorisant l’argent et les apparences,  excellente réflexion sur le regard que les êtres portent sur le monde et sur l’Autre.       

17:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.