Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2013

La part des anges

 

La part des anges.    
Patrice Salsa     
Auto publié, 2012

 

(Par Annie Forest-Abou Mansour)

 

   image part des anges.jpg La part des anges de Patrice Salsa raconte une tranche de vie de quatre amis, élèves studieux, âgés de quinze ans, vivant dans « une cité HLM tranquille, à la très lointaine périphérie d’une grande ville qu’il est difficile de rejoindre ». Kevin et Jordan se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Alison et Solveig  se sont rencontrées lors de la rentrée scolaire après un déménagement.    
    L’enthousiasme, la beauté et la pureté dominent ces jeunes êtres. La part des anges  propose leur  vision unique et magique et leur besoin de héros : pour Alison, Kévin  est un dieu : « Son dieu va s’élancer, et se mettre à plonger ». Les quatre adolescents  voient tout en nouveauté, à travers leurs jeux, leurs films, les bandes dessinées lues : « on dirait une de ces villes virtuelles du jeu SimCity, encore claires et lisibles, quand la partie vient de débuter… ».Ils échappent par moment à la logique du monde adulte, effaçant toute rupture entre le rêve et la réalité. Leur  regard n’est pas blasé. Cette acuité de la vision crée chez eux un état d’ivresse créatrice : Jordan et Kevin transforment leur corps en œuvre d’art  en le  peignant. Ils assouvissent un besoin de sensations fortes dans le sport qui sculpte et sublime leur silhouette aux lignes droites et brisées, aux couleurs franches  et vives : « Kevin s’envole, se casse en deux au niveau du bassin, puis s’ouvre comme un compas. C’est une flèche blanche avec un cercle bleu roi qui perce l’eau, sans la froisser, sans laisser de blessure, sans écume ».  Les corps sont beaux soulignés par la lumière : « Sous le soleil matinal, les torses luisent d’une sueur dessinant chaque muscle gainé  de peau claire ». Ces adolescents éprouvent du plaisir à se sentir exister et à faire exister l’Autre. L’échange de l’abricot entre Jordan et Solveig a non seulement une saveur irremplaçable, mais surtout,  il lui insuffle la vie. La beauté de la vie et la  fougue de la jeunesse  l’emportent alors.    
    De surcroît, Patrice Salsa reproduit fidèlement le discours de ces jeunes  avec des répliques juxtaposées, rapportées directement sans les tirets  ni  les verbes introducteurs habituels. La syntaxe incorrecte des adolescents due à l’omission du « ne » de négation, les apocopes, le lexique familier créent tout un effet de réel,  rendant les personnages vivants, le texte dynamique, enthousiaste, vrai : « J’y crois pas ! Mais comment t’as fait ? / Je leur ai juste demandé ; plutôt j’ai demandé à Solveig. / Solveig c’est la goth ? / Oui, elle est pas goth, plutôt dark je crois ». Le ton alerte, le présent restituent la vivacité de l’action. La part des anges se plie habilement aux canons de la société du XXIe siècle et à la réalité de sa jeunesse qui, après l’amitié,  découvre l’amour.       
    Le roman de Patrice Salsa plonge le lecteur dans l’univers de l’adolescence.   Sa pureté et sa beauté  l’emportent dans  sa découverte de l’amour plein de tendresse et de douceur, (« la femme est courbes, l’homme est angles (…) Une peur l’envahit. Ô, pourvu que jamais ces angles ne meurtrissent ces courbes ! »),  de ses sentiments, de ses émotions,  mais aussi de ses nombreuses interrogations et angoisses, de ses complexes, de son mal être devant la découverte de soi, de ses désirs, de ses troubles,  dans un monde adulte souvent corrompu et pervers. Apparemment insouciants, désinvoltes, ces adolescents se heurtent  fréquemment à de graves problèmes. Solveig, hantée par l’idée de la mort, révoltée par une société égoïste cachée sous un vernis policé  (« …l’Occident est un vampire  qui suce le sang des habitants des pays pauvres. (…) la planète n’est qu’un charnier pourrissant, fardée telle une prostituée au dernier stade de la syphilis… ») entretient un rapport pathologique avec  la nourriture. Jordan, dans une souffrance sourde, découvre avec angoisse son homosexualité comme le prouve le rythme verbal  ternaire lyrique : « ses désirs qu’il ne veut pas admettre, qui le taraudent, le fouaillent, le démembrent ».  Le sentiment irrépressible d’être à distance de soi déclenche un mal être chez Alison qui se scarifie, « elle se coupe lorsqu’elle doute de sa propre réalité. (…) Quand elle sent qu’elle n’habite plus vraiment ni son corps ni sa vie ». La part des anges est en vérité  une tragédie moderne annoncée subtilement et indirectement dès le début de l’ouvrage par de nombreux indices semés au fil de la plume par le  narrateur.      
    D’emblée apparaît  en effet une sorte de faille, de fêlure. L’incipit est comme un miroir annonciateur de la fin. Paradoxalement dans cet univers amical, un lexique violent, des images mortifères disent la douleur,  le sang qui coule, la mort imminente : « De gros éclats effilés de glace, transparente, pointue, tranchante.  (…) Qui transpercera, déchirera, déchiquettera les baigneurs bruyants. Le bleu insouciant de l’eau se teintera de rouge… ». Un vocabulaire concret, des métaphores  évoquant la souffrance, le supplice (« les paroles qui blessent, les mots qui râpent et brûlent, les insinuations barbelées …»,) des images suggérant des blessures (« Le bois collecté sur la grève dans l’or sanglant d’un coucher de soleil ») hantent le texte. Le transfert de verbes ou d’adjectifs concrets détournés de leur emploi habituel, la peur que Kevin  éprouve de  blesser Alison, préfigurent la chute finale.  
   La part des anges de Patrice Salsa,  ouvrage poétique, solidement construit et travaillé, mêlant les discours, le flux de conscience des personnages aux interventions du narrateur,  rythmé par des chansons anglo-saxonnes, témoignent de façon poignante du vécu et du ressenti d’adolescents avides de vivre, mais désaimés par la Vie. « La part des anges », ce n’est pas seulement « la partie du volume d’un alcool qui s’évapore quand celui-ci est mis à vieillir », c’est aussi ce que méritaient ces êtres purs et innocents qu’étaient Kévin, Jordan, Alison et Solveig : « Call my name and save me from the dark ».



Patrice Salsa a aussi publié :

Un garçon naturel  (éditions Rouergue, 2005)

La Signora Wilson (Editions Acte Sud, 2008) : http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2008/06/19/reve-ou-realite.html

Le joueur de théorbe (éditions URDLA,  2011) :
http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2011/03/20/le-joueur-de-theorbe-patrice-salsa.html



 

10:38 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.